A l’approche de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 qui démarrera à partir du 21 juin prochain, l’ex-international arbitre Ivoirien, par ailleurs président de la Commission Centrale des Arbitres (CCA), Doué Noumandiez était face à la presse sportive au cours d’un séminaire sur l’arbitrage axé sur les nouvelles lois de jeu et le VAR qui sera utilisé en Egypte.

Dans la salle de conférence de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) où s’est tenue la séance ce mercredi 15 mai, l’instructeur FIFA a d’abord égrené les nouvelles règles de jeu qui doivent entrées en vigueur à partir du 1er juin 2019. Ces nouvelles règles qui visent à améliorer le comportement des acteurs, le temps et l’aspect équitable du jeu concernent les remplacements, la balle à terre, le carton, le mur sur les coups francs, la passe en retrait au gardien et la faute de main. Désormais, l’arbitre a le droit de donner des cartons (jaune ou rouge) au banc de touche (entraîneurs et joueurs remplaçants) même aux personnes du corps médical tout en ayant la possibilité de reporter un carton en cas de véritable action de but.

Aussi, un joueur remplacé devra également sortie vers la ligne la plus proche. Quant au gardien, il pourra maintenant faire une passe à son joueur dans la surface de réparation sur une sortie de but. Cependant, Il a maintenant l’avantage de capter le ballon s’il rate sa frappe sur une passe en retrait. Au niveau de la faute de main, la faute sera signalée si celui qui défend rend son corps anormalement plus large. Par contre si la balle touche involontairement ou volontairement la main de l’attaquant sur un but, la faute est automatiquement signalée.

Pour ce qui est du VAR qui fera son entrée à la CAN à partir des quarts de finale, le sifflet d’or Africain 2011 a expliqué aux journalistes présents pour l’occasion que le VAR qui est tenu par des arbitres au nombre de 4 intervient dans les cas graves, afin d’éviter les scandales pendant les rencontres. Ces cas sont : la sanction d’un joueur, le carton rouge direct, le penalty, et les buts. Pour terminer, celui qui était présent à la coupe du monde 2014 a souligné que pour l’intervention de la VAR, la première et la dernière décision appartient à l’arbitre central, tout en tant précisant que pour son utilisation, au moins 8 caméras sont nécessaires.